Quelle est la durée de vie d’une poule ?

Parce qu’elles finissent souvent par faire partie de la famille, il est logique de se demander qu’elle peut être l’espérance de vie de nos petites protégées. Et comme on apprécie leurs bons œufs frais, la durée de la ponte nous importe également.

Eléments de réponses…

Il y a encore une dizaine d’années, la question aurait pu paraître saugrenue, car, à l’époque, et depuis toujours d’ailleurs, les poules de la basse-cour finissaient dans l’assiette dès lors qu’elles cessaient définitivement de pondre ou que leur performance de ponte se réduisait à une peau de chagrin. Aujourd’hui, il en est autrement tant notre rapport à l’animal domestique a changé, les poules passant souvent du statut d’animal de basse-cour à celui d’animal de compagnie. Aussi, de plus en plus de propriétaires d’une petite basse-cour familiale renoncent à se débarrasser de leurs poules au prétexte qu’elles ne les gratifient plus d’œufs frais. Et qu’on trouve naïf ou naturel ce type d’attachement, il n’empêche que pour beaucoup de gens, ces animaux étant quasiment devenus des membres à part entière de la famille, ils espèrent qu’ils vivront le plus longtemps possible. Et n’allez pas croire qu’une poule qui ne pond plus est une « bouche » inutile à nourrir ! Au-delà de l’empathie que l’on peut éprouver, elle continue jusqu’à sa fin de vie à rendre de sacrés services, en recyclant par exemple bon nombre de déchets verts ou domestiques et en étant un précieux auxiliaire pour le jardin. Alors, pour tous ceux qui se posent la question de l’espérance de vie de leurs précieux gallinacés, voici quelques éléments de réponse…

Une poule vit cinq, douze, voire parfois vingt ans !

Lorsque des éleveurs amateurs ont posé la question aux scientifiques de l’université du Montana, ceux-ci ont eu le mérite de la franchise en avouant ne pas être capables de donner la duré de vie moyenne d’une poule pondeuse. Car, s’il est vrai qu’on lit souvent qu’une poule vit entre six et dix ans, dans la réalité des poulaillers modernes, les choses sont un peu plus compliquées. Il faut en effet faire une distinction entre une poule de race locale ou traditionnelle et une poule hybride. Pour la seconde, il ne faut pas rêver : l’espérance de vie de ces poules ne dépasse guère les cinq ou six ans. La raison ? Ces races ont été mises au point pour satisfaire les besoins d’une agriculture intensive réclamant le plus d’œufs possible très rapidement. Autant dire que leur espérance de vie importe peu… A l’inverse, les poules de races anciennes ou traditionnelles élevées dans les conditions optimums d’un petit élevage familial peuvent vivre aisément une douzaine d’années, en sachant qu’elles cessent de pondre vers l’âge de six ou huit ans. Plus surprenant encore, depuis que de plus en plus de propriétaires ne sacrifient plus systématiquement leurs volailles lorsqu’elles cessent de pondre, on peut lire ou entendre des histoires stupéfiantes de poules ayant réussi à vivre jusqu’à seize, dix-neuf, voire vingt ans !

Des facteurs de mortalité à prendre en compte 

Il ne faut pas pour autant rêver : même si la jeune poulette fraîchement arrivée au poulailler est de race traditionnelle, cela ne signifie pas pour autant qu’elle va couler des jours heureux au poulailler jusqu’à douze ou treize ans. Car, il faut le savoir, il est très rare qu’une poule meure de vieillesse tant les facteurs de mortalité sont nombreux et variés. Prédateurs, carences ou déséquilibres alimentaires, infections respiratoires, parasites, cancer de l’appareil reproducteur et difficulté à trouver un vétérinaire compétent sont autant d’explications au fait que les poules atteignent rarement l’âge de treize ans, même si leur espérance de vie le laissait à penser… Aussi, si vous comptez garder vos protégées le plus longtemps possible, n’oubliez pas que les conditions de vie que vous leur proposez sont déterminantes.

Performance de pont : un inéluctable déclin…

Autant le savoir, génétiquement parlant, les poules ont un potentiel de ponte estimé par les scientifiques de 2000 à 3000 œufs au cours de leur vie. De la même façon ; lorsqu’on acquiert une poule dont la performance de ponte de sa race annonce le nombre d’œufs par an qu’elle peut pondre - la fourchette se situe généralement entre une centaine et deux cents cinquante selon les races -, il faut savoir que ce chiffre concerne le nombre d’œufs pondus au cours de sa première année de ponte. Ensuite, cette performance va décroître d’environ 20 % par an jusqu’à ce qu’elle cesse définitivement de pondre vers l’âge de huit ans pour les races à l’espérance de vie la plus longues. Enfin, sachez que ce n’est pas parce qu’une poule affiche une performance de ponte potentielle de 180 œufs par an qu’elle va les pondre tant de nombreux facteurs influent sur cette disposition naturelle.

Les signes qu’elle vieillit…

  •          Elle cesse définitivement de pondre en six et huit ans ;
  •          Ses périodes de mues sont de plus en plus longues ;
  •          Elle a tendance à moins manger ;
  •          Elle fait plus souvent la sieste.

 

Source : Poules et Jardin - août 2017 - Julie Audinot

Vous devez être enregistré

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster leurs commentaires

Cliquez ici pour vous enregistrer

Ajouter un commentaire

Haut de la page